was successfully added to your cart.

Panier

« La notion de bien manger a toujours fait partie de ma vie. Mes grands-parents maternels et mon oncle étaient maraîchers bio. Chaque été, je passais un mois avec eux pour les aider dans les champs et sur le marché. Ces étés ont, en grande partie, formé ma pensée qui est basée sur le partage, le travail en groupe, la nature et la nourriture saine et équilibrée.

Nos habitudes alimentaires sont souvent liées à la culture et au pays dans lequel nous vivons. Ayant quitté la maison à mon adolescence pour déménager à l’étranger, j’ai très vite réalisé que mon corps réagissait différemment à ce que je mangeais.  Je ne mangeais plus local et très rarement des aliments frais.

Dans ma nutrition, je me suis un peu perdue et j’ai très vite pris du poids.

Au fil du temps, des expéditions et des tournages en condition extrême, mon corps interne a fatigué.

Et puis en Août 2017, à la fin d’un tournage en Alaska, je me suis sentie lourde, gonflée et exténuée. Chaque matin, juste après mon petit-déjeuner, je partais directement aux toilettes. Les migraines étaient de plus en plus présentes ce qui me rendaient irritables car je manquais terriblement de patience. Je me sentais fatiguée à longueur de journée et la tête dans un brouillard. Je ne me reconnaissais plus.

Un matin, n’en pouvant plus et étant encore aux USA, j’ai contacté ma mère qui est médecin pour lui expliquer mes symptômes. Elle m’a conseillé d’acheter du lait sans lactose et de voir le lendemain matin si je me sentais mieux après avoir mangé. Comme un miracle, après avoir testé ce lait je n’étais plus malade.

J’ai donc pris conscience que j’étais devenue intolérante au lactose. Un vrai choc !

Il a fallu que j’arrête du jour au lendemain les produits laitiers (beurre, crème, lait, fromage, etc …) et j’ai commencé à regarder la composition de ce que j’achetais. J’ai été choqué de voir le nombre d’aliments industriels qui possèdent du lactose car apparemment utilisé comme liant. J’ai pris totalement conscience du problème et j’ai commencé à m’informer sur les intolérances et celle du lactose en particulier. Plus tard dans l’année, j’écrirai un article dessus car tellement fascinant!

Heureusement mon éducation m’a facilement permis de retourner à une alimentation simple et naturelle. J’ai très vite dégonflée, je n’avais plus de migraine et je me sentais totalement revivre.

À travers mes expériences passées et en prenant en compte mon intolérance au lactose, j’ai décidé de donner à la nutrition une nouvelle place dans ma vie et mes voyages.

En Janvier 2019, je suis partie sur une expédition dans la région du Zanskar avec l’exploratrice polaire Felicity Aston. Pendant ma préparation, je décide alors d’être suivie par une nutritionniste. Grâce à elle, j’ai appris de nouveau à manger équilibrer et à mieux prendre soin de moi.

Résultats : je retrouve une ligne que j’avais perdu sans faire de régime, je retrouve aussi une forme physique et mentale. Et lors de mon expédition, je sens que je vis mon expérience au Zanskar dans de meilleures conditions physiques et psychologiques.

Je sens que j’ai encore tellement de choses à apprendre sur ce sujet.

En mettant en place cette expédition sur le lac Baïkal, il était important pour moi que la nutrition ait une place centrale dans ma préparation et pendant la traversée : un lien intime entre ma préparation physique et mentale, entre mon corps et mes émotions. Je comptais changer mes habitudes, mieux apprendre à me connaitre et à écouter mon corps.

Ayant les mêmes valeurs que moi sur la nutrition, Jérôme, mon nutritionniste sur cette expédition, a tout de suite répondu présent.

Dans mon prochain article sur la nutrition (que j’écrirai en collaboration avec Jérôme), je vous expliquerai quels choix précis nous avons fait et quels sont les changements que j’ai déjà pu ressenti en commençant ce nouveau régime alimentaire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Leave a Reply