was successfully added to your cart.

Panier

La rééducation est la première étape cruciale de la préparation pour mon expédition.

J’ai eu de nombreuses blessures que j’ai accumulé au fil du temps soit dans le sport ou dans mon travail. Je n’ai jamais donné le temps à mon corps de se réparer. Ces dernières années, je lui ai demandé encore plus. Et au fur et à mesure, j’ai perdu en mobilité musculaire et articulaire, une souffrance qui a eu un impact sur ma vie quotidienne.

Je n’avais pas voulu voir l’alerte.

L’année dernière, j’ai saturé, je n’en pouvais plus. J’ai commencé à prendre conscience qu’il était temps de prendre soin de mon corps et de mon âme. Je les avais tous les deux mis à dure épreuve.

Juste avant mon expédition sur la rivière gelée du Zanskar au Cashmire, ma cheville droite avait une mobilité maximale de 30%, il était impératif de me prendre correctement en mains. Et c’est à ce moment-là que j’ai pris une décision en pleine conscience: réellement prendre le temps de faire des séances chez le kiné de façon sérieuse et assidue pour être moins en souffrance. J’avais besoin de besoin de trouver mon rythme et des habitudes au quotidien.

Guillaume, le kiné qui me suit, a su m’écouter et adapter son travail au fil des sessions. J’ai réussi à créer une routine pour un bien être essentiel pour continuer à faire ce que j’aime.

 

Et un soir, en sortant d’une session, j’ai su que mes rêves pouvaient de nouveau devenir réalité … C’est à ce moment-là que j’ai pris la décision de partir en expédition seule sur le lac Baïkal.

Au début de ma préparation pour le Baïkal, l’ostéopathe qui me suit, Yann Mossler, m’a demandé de retourner faire des séances chez Guillaume. Ma hanche m’embêtait toujours beaucoup, ma mobilité générale toujours limitée, deux problèmes à prendre en compte et à résoudre pour partir dans les meilleures conditions. À ce moment-là, il a fallu que j’accepte que les délais de cicatrisations du corps sont incompressibles et de faire pleinement confiance au temps.

La rééducation n’est pas toujours passionnante et pour un résultat optimal, la répétition dans la régularité est essentielle. L’équilibre est sincèrement dur à trouver entre la vie personnelle et professionnelle.

 

Un des rôles du kiné est de continuer à motiver car tout seul, au bout du compte, on lâche. On est tous pareil, on a tous des doutes. Il faut juste continuer à croire en soi et en sa capacité à se dépasser dans l’adversité. Avec ce rapport de confiance, il est possible d’aller plus loin et de progresser au rythme naturel de son corps.

En préparant mon corps, je me suis rendue compte que je préparais aussi mon mental. Les deux ne peuvent pas vivre seuls. Sur ce chemin, je suis devenue exploratrice de moi-même.

Cette première étape touche bientôt à sa fin. Entre exercices de renforcement musculaire, physiothérapie et travail journalier à la maison, mes douleurs se sont atténuées et la suite de la préparation peut continuer.

Guillaume Rapin : http://www.kinesport-marseille.com

Yann Mossler : http://www.pole-med-sport.fr

Leave a Reply